Belle récompense : la finale à Jambes (rétro 2013)

21 décembre 2015 - 17:58

Bekim Senturk, joueur et… président d’un club qui retrouve peu à peu des couleurs.

Disparu après une fusion avec Namur, revenu grâce à Freddy Rolet, Jambes retrouve peu à peu des couleurs avec Bekim Senturk à sa tête.
 
Jadis fleuron de la commune de la famille Materne, le stade de Jambes s’était vidé de football après la fusion avec Namur. Il avait pourtant connu quelques belles heures de gloire avec la Royale Entente Sportive Jamboise, qui faillit même monter en D2 à l’époque des Michel Delire, jacques Tonet et consorts, mais aussi avec le Namur de Mandaric qui avait investi le «Stadio Communale» pour y faire jouer une équipe de «galactiques», qui se planta royalement, ou même le Cosmos de New York de François Vanderelst . Bref le stade avait une histoire et c’est tout naturellement que des anciens (Freddy Rolet et Claude Delvaux) relancèrent le football sur la pelouse jamboise.
La cohabitation ne fut pas toujours facile avec le club d’athlétisme, d’autant que le stade était devenu propriété de l’Adeps, mais depuis quelques années l’entente est de nouveau présente et le talentueux Bekim Senturk, joueur et… président, bien aidé par Zoran Bojovic, Frederic Pregaldien (fils de Michel, un gardien de légende) et d’autres, relance tout doucement le club jambois.
Les résultats sportifs ne sont pas toujours à la hauteur des ambitions, mais le club des «Cotelis et Masuis» repointe tout doucement le nez. Sa désignation pour organiser la finale de la Coupe de la province, mise sur pied pour la première fois par la société Covadis, est, en tout cas, une belle reconnaissance pour un club qui se reconstruit, pour un stade qui veut revivre.

«Je suis vraiment heureux d’avoir été choisi, confiait le président, mais je tiens à remercier tous ceux qui ont participé à l’élaboration du dossier, notamment Frank Defays qui travaille de plus en plus avec moi, Anne Willem directrice de l’Adeps à Jambes mais aussi Thierry Beugnies, qui nous a rejoints et s’occupe des relations avec la ville. C’est vraiment un travail d’équipe qui doit permettre au club de retrouver ses lettres de noblesse. Je me suis donné 5 ans pour ramener Jambes en première provinciale et cette finale est déjà une première récompense, elle doit nous aider à retrouver du crédit.»

Mais qu’est ce qui te motive à aider Jambes?

« C’est le club de mon enfance ma famille est albanaise de Macédoine, mais moi je suis né en Belgique, au 54 rue de Dave, en plein cœur de Jambes.J’ai débuté le football à 6 ans avec Frank Defays et nous avons fait toutes nos classes ensemble avant que nos carrières se séparent. Frank est parti à Namur puis Charleroi, moi à Huy puis dans des petits clubs car je voulais privilégier mon travail. Pourtant, lorsqu’on m’a demandé de relancer Jambes j’ai accepté de suite car je trouvais formidable de boucler la boucle, de commencer à Jambes et de finir à Jambes.
C’est la même motivation pour Frank et tout doucement, grâce à l’aide de Zoran Bojovic pour le côté sportif ou de Renaud Godrian, à la tête de l’école des jeunes, qui redevient de plus en plus performante, nous reconstruisons du solide. Grâce aussi à des garçons comme Freddy Rolet qui ont eu le courage de remettre le club sur pied aussi je ne l’oublie pas et la porte est toujours ouverte pour lui et d’autres.
En tout cas je veux qu’on sache que même si le sang bleu qui coule en mes veines n’est pas royal, mais jambois, je désire, par-dessus tout, que l’Entente redevienne … royale!»

 26/11/2013

 

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 4 Supporters